BACK TO HÈSTA / ELMORE D.
[appears on Back to Hestà]
   
       

Back to Hestà

Il nîvéve so Hèsta
Dji n’ sé pus çou qu’ dj’aléve fé la.
Li rouwale Pèkèt èsteût neûre,
Èt i-n-èsteût nin minme cinq’ eûres.

C’è-st-a ponne si dj’ m’arèsta
Wice qui m’ mame, djône fèye, dimora.
Poqwè fåt-i qu’ dj’î tûze seûl’mint
Lès djoûs qu’i-n-a dè måva timps?

Faléve soner al pwète,
Prinde li colidôr, djusse po vèy,
Å coron, come ine coûr coviète
Wice qui m’ grand-mére féve lès bouwêyes.

Après çoula, gn-aveût ‘ne couhène
Avou sès deûs fôteûys Voltaire,
On calandriyé so l’Årdène
Èt l’ radio qui passe l’INR(1).

Covrant m’ fôteûy, ine saqwè d’ bê,
Cozou avou dès bokèts d’ linne
Di pus d’ coleûrs qu’ènn’a l’êrdiè.
Dji v’ l’atch’tèye, si vos-avez l’ minme.

Dèl sitoûve, dji n’ sé pus rin.
Èsteût-èle plate, èsteût-èle ronde ?
Mins l’årmå èt çou qu’aveût d’vins,
Sins bargougnî, dji v’s-èl raconte.

È ridant d’ dreûte, lès clés,
A hintche, lès çanses, lès lunètes,
Å-d’zeûr in-andje, èt sol costé
Nom di Dju! mi ! avou m’ bonète!

Èl rowe, dji n’a fêt qu’ passer.
L’ mohone èsteût dèdja tote neûre.
Poqwè s’arèster po trover
Qu’i-n-a cåzî pus rin qui d’meûre?

 

[FR] Retour à Herstal

Il neigeait sur Herstal,
Je ne sais plus ce que j’allais faire là.
La ruelle Pèkèt (= ruelle Genièvre) était noire,
Et il n’était même pas cinq heures.

C’est à peine si je m’arrêtai
Où ma mère, jeune fille, habita.
Pourquoi faut-il que j’y pense seulement
Les jours qu’il fait du mauvais temps?

Il fallait sonner à la porte,
Prendre le corridor, juste pour voir,
Au bout, comme une cour couverte
Où ma grand-mère faisait les lessives.

Après ça, il y avait une cuisine
Avec ses deux fauteuils Voltaire,
Un calendrier sur l’Ardenne
Et la radio qui passe l’INR

Couvrant mon fauteuil, quelque chose de beau,
Cousu avec des morceaux de laine
De plus de couleurs que n’en a l’arc-en-ciel.
Je vous l’achète, si vous avez le même.

Du poêle, je ne sais plus rien.
Était-il plat, était-il rond?
Mais l’armoire et ce qu’il y avait dedans,
Sans barguigner, je vous le raconte.

Dans le tiroir de droite, les clés,
À gauche, l’argent, les lunettes,
Au-dessus un ange, et à côté,
Nom de Dieu! moi! avec ma bonnette!

Dans la rue, je n’ai fait que passer.
La maison était déjà toute noire.
Pourquoi s’arrêter pour trouver
Qu’il n’y a presque plus rien qui reste?
  [EN] Back to Herstal

The snow was on Herstal,
I don’t remember what I was doin’ there.
The alley Spirits was black,
And it was not even five in the afternoon.

It was just if I stopped
Where my mother, as a young girl, lived.
Why do I have to only think about it
In the days of bad weather.

You had to ring the bell,
Take the corridor, if you wanna see,
At the end, as a covered yard
Where grand-ma washed laundries.

After this was the kitchen
With its two Voltaire armchairs,
A calendar about the Ardens
And the radio on the old National Broadcasting.

Covering my armchair, something beautiful,
Sewn with pieces of wool
More colorful than the rainbow.
I buy yours if you get the same.

About the stove, I ‘ve forgotten everything.
Was it square, was it round?
But the dresser and what it held,
Without hagglin’, I can tell.

In the right drawer, the keys,
In the left one, money and glasses,
Above an angel, and nearby
Goddammit! me! with my woolen cap!

In Mama’s street, I came and went.
The house was already dark.
Why would anybody stop to find
That almost nothing has remained?
 
1. L’ancien Institut national belge de radiodiffusion.
 
Copyright © 2016 - Elmore D. Photo Credits