CONFESSIN’ THE MOÛSE / ELMORE D.
[appears on Back to Hestà]
   
       

Confessin' the Moûse

Li vint sofèle
Doûç’mint so Moûse.
On n’ dîreût minme nin qu’èle sût s’ coûsse.
Ènn’a qui pinsèt qu’èle dihind
Qwand èle roûvèye di wice qu’èle vint.

Mins n’ tapez nin,
N’ tapez nin l’ pîre
A l’êwe si fris’ qu’a djusse surdou
Èt qui rèsconteûre tant d’ourbîres
Wice qu’on prind lès coleûrs dès broûs!

In-ôte l’a dit :
Mins wice sont-èles,
Lès glèces qui d’hindît l’an passé
Dizos l’ pont-d’s-Åtches(1)?
Minme lès pûs fîrs
Dès hirôs d’îr sont rèvolés.

Mins wice sont-èles,
Lès bèlès loumîres
Qui lûhît tot dè long d’Ougrêye(2)
Qwand clignéve, avou l’industrèye,
On mèye d’oûy divins lès foumîres?

Wice so-dje asteûre,
Mi minme?
Dji m’ crèyéve d’avance so l’ rîve gôche,
Mins dj’a pris l’ bac èt d’ l’ôte costé,
Dji di qu’ lès djins sont trop’ gåtés.

Djône, dji tûséve
Qu’i faléve sûre,
Po rimpli s’ timps, bin pus’ qu’ine vôye.
C’èsteût compter sins lès cous-d’-sac
Qu’on prind qwand li vèye vis plôye.

Adon prindans
L’ batê walon.
Po rintrer ci sèrè l’ dièrin,
Èt mi tchanson d’ papî d’ lombård
Vos tinrè k’pagnèye on moumint.

Li vint sofèle
Doûç’mint so Moûse.
Li hôt-fornê d’ Tchèrtal(3) hufèle,
Come dji m’ènn’è va , tot tûzant :
Quî n’ candje nin è-st-i bin vikant?

[FR] Confession de la Meuse

Le vent souffle
Doucement sur la Meûse.
On ne dirait même pas qu’elle suit sa course.
Il y en a qui pensent qu’elle descend
Quand elle oublie d’où elle vient.

Mais ne jetez pas,
Ne jetez pas la pierre
À l’eau si fraîche qui vient de sourdre
Et qui rencontre tant d’ornières
Où on prend les couleurs de la boue.

Un autre l’a dit :
Mais où sont-elles,
Les glaces qui descendaient l’an passé
Sous le pont-des-Arches?
Même les plus fiers
Des gros glaçons d’hier sont envolés.

Mais où sont-elles,
Les belles lumières
Qui luisaient tout au long d’Ougrée
Quand clignait, avec l’industrie,
Un millier d’yeux dans les fumées.

Où suis-je à présent,
Moi-même?
Je me croyais autrefois sur la rive gauche,
Mais j’ai pris le bac et de l’autre côté,
Je dis que les gens sont trop gâtés.

Jeune, je pensais
Qu’il fallait suivre,
Pour remplir son temps, bien plus qu’un chemin.
C’était compter sans les culs-d’-sac
Qu’on prend quand la vie vous plie.

Alors prenons
Le bateau wallon.
Pour rentrer ce sera le dernier,
Et ma chanson de papier buvard
Vous tiendra compagnie un moment.

Le vent souffle
Doucement sur la Meuse.
Le haut-fourneau de Chertal siffle,
Comme je m’en vais, en pensant :
Qui ne change pas est-il bien vivant?
  [EN] Confessin' the Meuse

The wind softly
Blows on the Meuse.
One couldn’t feel it follows its course.
Some people think it goes down
When it forgets where she’s comin’ from.

But please don’t throw
Don’t throw the stone
To the fresh water just coming out
Which crosses so many ruts
Where one takes the colours of mud.

Somebody told:
Where are they,
The snows which flowed last year
Under the Arches-Bridge?
Even the most proud
Ice-blocks are gone.

Where are they,
Those bright lights
Which gleamed all along Ougrée,
When sparkled, with industrial life,
In the smokes one thousand eyes.

Where am I,
Myself?
I saw myself on the left bank,
But I took the ferry and on the other side,
I say that the people are too satisfied.

In my younger days, I was thinkin’
You have to know,
To use your time, more than one road.
I didn’t take into account
All the dead ends that bend your life.

So, let’s take
The Walloon boat:
To go home, could be the last,
And let the blottin’ of my song
Keeps you company for a while.

The wind softly
Blows on the Meuse.
The blast furnace, in Chertal, howls
As I’m goin’ away, thinkin’ into myself :
Where is life where it aint no change?
 
1. Principal ancien pont de Liège.
2. Centre métallurgique près de Liège, sur la Meuse.
3. Aciérie près de Herstal, objet d’une confrontation sociale avec Arcelor-Mittal.
 
Copyright © 2016 - Elmore D. Photo Credits