GROS LOUWIS / ELMORE D.
[appears on Tot k'mahî, Intégrale cåzî complète]
   
       

Gros Louwis

Dj'a k'nohou on gayård qui s' louméve Louwis
Èt qu' djouwéve dè l' guitåre come s'i d'véve mori.
On djoû, c'èsteût l'osté, po l' fièsse di Marèye,
I tûsa : «C'èst l'moumint di fé l' compte di m' vèye.»

   Rèspleû
C'èsteût l' Gros, Gros Louwis. (bis)

Louwis ovréve à Lîdje ås contribucions,
Ca n'èsteût nin sins qualificåcions.
I d'héve : «Dji pice lès p'tits qui frôdèt on pô
«So l' timps qui dj' sêre lès-oûys so lès gros mag'zôs.»

A fé crohî lès djins, i n' trovéve nole djôye.
On k'minça à trover qu'èsteût lôyeminôye,
Èt po bin lî mostrer qu'i måkéve di zéle,
On lî dèrit : «Louwis, vos baguez po Brussèles.»

Brussèles è-st-ine fwért bèle vèye,
Mins Gros Louwis hapa ine miråcolèye.
I d'héve : «Dji fê portant tot çou qu'i fåt,
«Mins n-a trop' di chèfs qui sont dès halbôssås.»

Adon, li qwinze d'aous', po l' fièsse di Marèye,
On l'a vèyou intrer d'vins in-årmûr'rèye.
I d'ha tot dreût : «Dinez-m' in-ustèye
«Po fé å pus djusse li compte di m' vèye.»

C'èst près dè l' rowe Ista(1) qu'on l'a r'trové.
È s' tièsse rôlît tos lès vints dè l' leune.
L'aveût l' coûr trop grand, on pô fayé,
Mins dj' so djinné quand dji veû l' meune,
À costé.

Dji r'vins co 'ne fèye à m' vîx copleûs,
Ca dj'a sogne di d'ner ine fåsse îdèye,
Si vos pinsez qu'èsteût tot seû
À s' monter tote ine comèdèye.

Quand il apicéve li Fender,
Li leû-warou div'néve Winter(2).
Mi, dji m' prindéve po Fleetwood Mac(3).
On féve on concoûrs di reûd-dag'.

C'èst lu on djoû qui m'aprinda
À acwèrder en open di la(4).
Po djower l' blues, i v' fåt çoula,
Ou v' n'èstez qu'on marlatcha.

[FR] Gros Louis

J'ai connu un gaillard qui s'appelait Louis
Et qui jouait de la guitare comme s'il devait mourir.
Un jour, c'était l'été, pour la fête de Marie,
Il pensa : «C'est le moment de faire le compte de ma vie.»

   Refrain
C'était le Gros, Gros Louis. (bis)

Louis travaillait à Liège aux impôts,
Car il n'était pas sans qualifications.
Il disait : «Je pince les petits qui fraudent un peu
«Pendant que je ferme les yeux sur les gros magots.»

À faire croquer les gens, il ne trouvait nulle joie.
On commença à trouver qu'il était indolent,
Et pour bien lui montrer qu'il manquait de zèle,
On lui dit : «Louis, vous déménagez pour Bruxelles.»

Bruxelles est une fort belle ville,
Mais Gros Louis attrapa une mélancolie.
Il disait : «Je fais pourtant tout ce qu'il faut,
«Mais il y a trop de chefs qui sont des gâche-métier.»

Alors, le quinze août, pour la fête de Marie,
On l'a vu entrer dans une armurerie.
Il dit d'un coup : «Donnez-moi un outil
«Pour faire au plus juste le compte de ma vie.»

C'est près de la rue Ista qu'on l'a retrouvé.
Dans sa tête roulaient tous les vents de la lune.
Il avait le coeur trop grand, un peu maussade,
Mais je suis gêné quand je vois le mien,
À côté.

Je reviens encore une fois à mon vieux camarade,
Car j'ai peur de donner une idée fausse,
Si vous pensez qu'il était seul
À se monter toute une comédie.

Quand il empoignait la Fender,
Le loup-garou devenait Winter.
Moi, je me prenais pour Fleetwood Mac.
On faisait un concours de cinglés.

C'est lui un jour qui m'apprit
À accorder en la ouvert.
Pour jouer du blues, il vous faut ça,
Ou vous n'êtes qu'un freluquet.
   
       
1. Suicidé en 1939.
2. Johnny, bien sûr.
3. Plus exactement pour Jeremy Spencer, un guitariste du groupe F.W.
4. Un des accordages particuliers, à la guitare, pour jouer en slide (glissando), avec un goulot de bouteille ou un objet métallique.
 
Copyright © 2016 - Elmore D. Photo Credits