LI HOKUM DÈ G.B. / ELMORE D.
[appears on Grandiveûs, Intégrale cåzî complète]
   
       

Li hokum(1) dè G.B.

Dji tchoûkîve mi tchèrète vès lès kêsses dè G.B.,
Qwand dji l'a vèyou v'ni, di l'ôte costé.
Dj'a tûzé: «Nom di Djo, qu'èll'èst bèle!
Dji dîreû come Cochran:
Waw! She's something else!»

Rèspleû

Èll'èst trop tchôde por twè. (bis)
Ti pous fé çou qu' ti vous,
Èll'èst trop tchôde por twè.

Li lèd'dimin, c'èsteût l' djoû dè martchî,
Dj'ala qwèri m' gazète, avou 'ne bote di radis.
Å min.me botike, èle prindéve dès rècènes,
Ça n'a sièrvou à rin qwand dj' lî fa on p'tit sène.

À l' cwène dè l' rowe d'Erquy, i-n-a on cwèfeûr,
Wice qui dj'va di timps-in-timps po m' mète di bone oumeûr.
Èll'èsteût là, dj'èl loukîve è mureû,
Tot glètant come on rèmoudou(2) d' treûs meûs.

L'ôte djoû dj'èl rèsconteûre è bus 7,
Mins mi tchanson por lèy n'èsteût nin prète.
Dj'aveû co 'ne fèye mès-oûy d'inglitin
Èt dji souwéve dès gotes come dès peûs d' rèzin.

À l' nut ', qwand fêt bin neûr, dj'apougne mi longue lunète
Èt dj'inspèctèye li manîre qu'èle si nète.
Dj'èsteû gripé à l'åbe qwand l' police m'a vèyou
Èt m'a dit: «On vout loukî avou...»

Dji n' va måy à l'èglîse qu'ås-ètèr mints,
Èt ç'èsteût l' meune, djustumint.
Li curé diha, divant m' wahê:
«T'èsteûs portant on fameûs pourcê!»

Avou mès cint kilos dji monte å cîr
Èt dji d'mande l'ome qu'on lome sint Pîre.
On m' dit: «I n'èst nin là, i s' marèye
Avou 'ne båcèle qui sèreût d'Oupèye»....

[FR] Le hokum du G.B.

Je poussais ma charrette vers les caisses du G.B.,
Quand je l'ai vue venir, de l'autre côté.
J'ai pensé: «Nom de Dieu, qu'elle est belle!
Je dirais comme Eddie Cochran:
Waw! She's something else!»

Refrain

Elle est trop chaude pour toi. (bis)
Tu peux faire ce que tu veux,
Elle est trop chaude pour toi.

Le lendemain, c'était le jour du marché.
J'allai chercher ma gazette, avec une botte de radis.
À la même boutique, elle prenait des carottes,
Ça n'a servi à rien quand je lui fis un petit signe.

Au coin de la rue d'Erquy, il y a un coiffeur,
Où je vais de temps en temps pour me mettre de bonne humeur.
Elle était là, je la regardais dans le miroir,
En bavant comme un «remoudou» de trois mois.

L'autre jour je la rencontre dans le bus 7,
Mais ma chanson pour elle n'était pas prête.
J'avais encore une fois mes yeux de hareng saur
Et je suais des gouttes comme des pois de raisin.

La nuit venue, quand il fait bien noir,
J'empoigne ma longue lunette
Et j'inspecte la manière dont elle se nettoie.
J'étais grimpé dans l'arbre quand la police m'a vu
Et m'a dit: «On veut regarder aussi...»

Je ne vais jamais à l'église que pour les enterrements,
Et c'était le mien, justement.
Le curé dit, devant le cercueil:
«Tu étais pourtant un fameux cochon!»

Avec mes cent kilos, finalement je monte au ciel
Et je demande l'homme qu'on nomme saint Pierre.
On me dit : «Il n'est pas là, il se marie
Avec une fille qui serait d'Oupeye»...
   
       

1. Genre traditionnel de blues érotico-humoristique, souvent à «double entendre», que pratiquèrent beaucoup d'artistes afroaméricains, dont les plus célèbres, parmi lesquels Bessie Smith, Big Bill Broonzy, Tampa Red ou Blind Willie McTell. Le spécialiste du genre était Bo Carter (Banana in Your Fruit Basket, Please Warm My Weiner, Pin in Your Cushion, Your Biscuits Are Big Enough for Me, My Pencil Won't Write No More).
2. Type de fromage de Herve très odorant, «de qualité supérieure, fait avec du lait venant d'une seconde traite» (Haust, D.l.).

 
Copyright © 2016 - Elmore D. Photo Credits