LI DIÈRIN BLUES D'À JOHNSON / ELMORE D.
[appears on Grandiveûs, Intégrale cåzî complète]
   
       

Li dièrin blues d'à Johnson

Lèyîz-m' fé on blues d'à Johnson, (ter)
Ca fåt todi riv'ni à l' mohone.

Deûs vôyes ènn'alèt di m' bårîre: (ter)
Eune qu'èst dreûte èt l'ôte va à l'avîr.

Divins l' prumîre n-a nin ine pîre, (ter)
Mins nin pus 'ne seûle fleûr di tonîre.

So l'ôte, i ploût sins-arèt, (ter)
Mins dès fèyes, èle passe dizos l'êrdiè

Dj'a deûs-oûhês è m' volîre, (ter)
Onk qui hufèle, l'ôte qui souspîre.

Li ci qui tchante vout co tchanter,
Li ci qui tchoûle n' vout pus tchoûler,
Mins li ci qu' dji vou todi wårder
Dimeûre è l' håye à costé.

Dj'a ine guitåre å pîd di m' lét, (ter)
Qu'èle vinsse qwand dj' dwème mi djåzer.

Ca dj' deû fé l' dièrin blues d'à Johnson, (ter)
Ca fåt todi riv'ni à l' mohone.

[FR] Le dernier blues de Johnson

Laissez-moi faire un blues de Johnson, (ter)
Car il faut toujours revenir à la maison.

Deux chemins partent de ma barrière: (ter)
Un qui est droit et l'autre va au petit bonheur.

Dans le premier il n'y a pas une pierre, (ter)
Mais non plus un seul coquelicot.

Sur l'autre, il pleut sans arrêt, (ter)
Mais parfois, il passe sous l'arc-en-ciel.

J'ai deux oiseaux dans ma volière, (ter)
Un qui siffle, l'autre qui soupire.

Celui qui chante veut encore chanter,
Celui qui pleure ne veut plus pleurer,
Mais celui que je veux toujours garder
Demeure sur la haie à côté.

J'ai une guitare au pied de mon lit, (ter)
Qu'elle vienne quand je dors me parler.

Car je dois faire le dernier blues de Johnson, (ter)
Car il faut toujours revenir à la maison.
   
 
Copyright © 2016 - Elmore D. Photo Credits