SAN FRANCISCO BAY BLUES / ELMORE D.
[appears on Tot k'mahî, Intégrale cåzî complète]
   
       

San Francisco Bay Blues

On s'a qwité so l'êr di San Francisco Bay,
Mins d'vins m' tchanson, n'aveût nou batê,
Djusse li fameûs quê ås-adieûs,
Wice qui l' bluesman si sint tot seû,
Sins qu' lès feûs dè l' motrice
Ni sèyîsse ni bleûs, ni trisses(1).

Dj'a dit «mutwè», èll'a dit «awè».
Li rèsse s'a pièrdou, dji n' sé pus poqwè.
Dj'a tûzé : «Dji n' va nin
«Tchoûler cial come on gamin.»
Mins dj' l'a fêt,
So San Francisco Bay.

Si dj' dihéve à ç't'eûre
Qui dj'ènn'a co ine doleûr,
Dj' mintireûs, ci sèreût
Vis catchî qu'å minme moumint,
Gn-aveût on ros'lant boton d' prétimps
Qui m' ratindéve so l' costé
Èt qu' m'a d'né –
Tièsse di m' vét! –
Li pus bolant dès-ostés.

Awè, fåt creûre qui dj' n'èsteû
Nin prèt' po l' boneûr
Èt qu' come hippie,
Dji féve amateûr.
Ca li boton d' prétimps
N' m'a nin ratindou longtimps,
Èvôye avou l' San Francisco Bay.

[FR] San Francisco Bay Blues

On s'est quittés sur l'air de San Francisco Bay,
Mais dans ma chanson, il n'y avait pas de bateau,
Juste le fameux quai aux adieux,
Où le bluesman se sent tout seul,
Sans que les feux de la motrice
Soient seulement ni bleus, ni tristes.

J'ai dit «peut-être», elle a dit «oui».
Le reste s'est perdu, je ne sais plus pourquoi.
J'ai pensé : «Je ne vais pas
«Pleurer ici comme un gamin.»
Mais je l'ai fait,
Sur San Francisco Bay.

Si je disais maintenant
Que j'en ai encore une douleur,
Je mentirais, ce serait
Vous cacher qu'au même moment,
Il y avait un vermeil bouton de printemps
Qui m'attendait sur le côté
Et qui m'a donné –
Par la tête de mon vit! –
Le plus brûlant des étés.

Oui, faut croire que je n'étais
Pas prêt pour le bonheur
Et que, comme hippie,
Je faisais amateur.
Car le bouton de printemps
Ne m'a pas attendu longtemps,
Parti avec le San Francisco Bay.
   
       

1. Voir Love in vain de Robert Johnson.

 
Copyright © 2016 - Elmore D. Photo Credits