À LA RECHERCHE DE LA DATE D’UNE GRIMSHAW REVELATION : 1933–1935 ?    
   

Emile Grimshaw est né en octobre 1880 à Accrington, au nord de Manchester, dans le Lancashire (www.grimshawguitars.co.uk/index.php/history/). Comme le montre sa photo (illustration 1), c’était surtout un joueur de banjo qui se produisait au début du 20e siècle avec son quartet. Bien connu pour ses méthodes d’apprentissage de l’instrument et ses partitions, il fit plusieurs enregistrements dont « Darktown Dandies » (HisMaster’s Voice, 1930).



Ses compositions sont encore jouées aujourd’hui.



En 1930, il forma avec son fils, également prénommé Emile, une compagnie de fabrication de banjos et de guitares, lesquelles s’inspiraient de la construction des premiers. Le corps proprement dit comprenait deux parties. Un dos séparé englobait pour ainsi dire la caisse, percée d’un large trou circulaire, l’ensemble étant conçu pour amplifier le son (illustrations 2-3).

L’époque se préoccupait de donner davantage de sonorité aux guitares acoustiques afin qu’elles soient plus audibles dans un orchestre de cuivres ou d’instruments à vent. On sait que c’est là l’origine des instruments de la marque National avec caisse en métal, fondée par John Dopyera et George Beauchamp en 1927. L’instrument inventé par les Grimshaw prit le nom de « Revelation ». Dans les premiers modèles, le dos séparé était détachable, mais il dut être fixé par la suite, en raison des vibrations qu’il produisait, n’étant attaché que par deux écrous. L’instrument se présentait sous deux formes : à table bombée (archtop) avec ouïes en f ou en table plate avec rosace. En 1935, une version électrifiée vit le jour, nommée « Premiervox ».

L’exemplaire qu’on présente ici a été acquis à Londres dans les années 1970 . La tête de l’instrument (illustration 4) porte le logo en nacre qui sera utilisé « sur tous les modèles Grimshaw avant 1940 », note E. Sandiford, spécialiste mondial de la marque. En comparant avec plusieurs modèles de Revelation enregistrés par celui-ci, on voit que le logo, la forme de la tête et celle des clefs peuvent varier d’un exemplaire à l’autre (illustration 5-6-7-8). Notre modèle a des clefs noires en rectangle alors que les autres modèles ont des clefs noires en amande ou de crèmes en tulipes. Sa forme de tête ressemble à celle de l’illustration 5.

 
Illustration 5.
© Eric J. Sandiford.
  Illustration 6.
© Eric J. Sandiford.
     
 
Illustration 7. – Modèle G5.
© Eric J. Sandiford.
  Illustration 8. – Modèle ténor.
© Eric J. Sandiford.

La table d’harmonie, plate, se présente dans un magnifique bois de couleur foncée avec un cercle de rosace et un liseré de contour en imitation d’ivoire (illustrations 9-10).

La Revelation présentée ici a un cordier métallique analogue à celui qu’on trouve, dans la galerie Sandiford, sur une Revelation-de-luxe des années ’30 en sunburst (illustration 11) ou sur un autre sunburst avec bridge en métal ajustable (illustration 12).

Illustration 11.
© Eric J. Sandiford.
 

Illustration 12.
© Eric J. Sandiford.

Enfin, la rosace laisse voir une étiquette portant la signature d’Emile Grimshaw, l’indication « Emile Grimshaw & Son, 54-55, Piccadilly, London, W.1 » et le n° 45 (illustration 13). Un micro Fender Telecaster a été monté par Jérôme Nahon (https://www.jnahonguitars.be/).


Illustration 13.

L’étiquette d’une autre Revelation, sans doute la guitare reproduite à l’illustration 11, porte le n° 163 (illustration 14).


Illustration 14.
© Eric J. Sandiford.

Une autre encore – qui serait de 1933 – porte le n° 90 (illustration 15). Notre instrument serait-il même antérieur ?


Illustration 15.
© Eric J. Sandiford.

Deux ventes apportent un dernier éclairage sur la guitare en question.Une Revelation des environs de 1933, portant le n° 47 (la nôtre : le 45) a été mise aux enchères par Gardiner Houlgate –The Bath Auction Rooms (Corsham, Wiltshire)le 8 mars 2018 (lot 78 ; illustration 16). Elle était décrite comme suit : « Finition : rouge vin, usures variées y compris à la table, éraflures et taches générales. Manche : ébène. Frettes : sérieusement usées. Équipement : le garde-main a été enlevé mais conservé. Caisse ajustée. Autre : arc du manche. Condition générale : correcte ». L’instrument ressemble assez à celui qu’on présente.


Illustration 16. © The Saleroom.

Mais un exemplaire encore plus proche – à défaut des marquages de cases – a été mis aux enchères par les Auctioners Wright Marshall LTD (Knutsford, Cheshire) le 5 novembre 2013. Le lot est désigné comme une « Revelation Guitar, modèle de luxe, de 1935 ». Ce modèle au bois très foncé, dont on ne discerne pas le numéro, ressemble diablement au nôtre (illustration 17). Enquête à suivre…


Illustration 17. © The Saleroom.



 


Illustration 1.
© Eric J. Sandiford.



Illustration 2. – Dos de la caisse et second dos séparé.
© Eric J. Sandiford.


Illustration 3. – Second dos séparé.
© Eric J. Sandiford.



Illustration 4.


Illustration 9.


Illustration 10.





 

 

 

 

 

 










Copyright © 2018 - Elmore D.  Photo Credits